La numérisation dans l’éducation – les meilleures notes ou une contradiction ?

Où en est l’éducation à l’ère de la numérisation ?

On ne peut plus échapper à la transition numérique. Que ce soit dans le monde du travail, dans la vie privée ou dans la société, les technologies et les applications numériques sont partout utilisées et leur application encouragée. C’est ainsi que la numérisation commence à avoir un impact sur l’éducation. La numérisation et les innovations qui l’accompagnent requièrent une grande variété de compétences et de manières de penser. Cela signifie aussi pour l’éducation la fin du Crétacé, afin de préparer au mieux les élèves à leur vie. C’est incontesté. Toutefois, la nature exacte de la numérisation de l’éducation et la question de savoir si ses effets sont plutôt positifs ou négatifs font l’objet de vives discussions. Le moment où les enfants doivent entrer en contact avec le monde numérique est également controversé. Mais la transformation numérique finira par concerner tous les domaines de l’éducation. L’éducation de la petite enfance, l’éducation scolaire, les études et l’éducation des adultes connaissent actuellement de nombreux changements. Nous voulons clarifier avec cet article ce qu’ils sont, quels sont leurs avantages et quels sont les défis à relever. Nous examinons en particulier la numérisation dans les écoles, car elle représente une grande partie du secteur de l’éducation que chacun connaît.

Éducation 4.0

Comme l’industrie évolue vers l’industrie 4.0, l’éducation à la formation 4.0 évolue également. Elle s’appuie sur un concept interdisciplinaire et prépare les élèves aux exigences de l’Industrie 4.0. L’éducation aux médias, la compréhension de l’informatique, l’utilisation des données et la mise en réseau sont des domaines importants pour atteindre la «quatrième étape» de l’éducation. L’éducation 4.0 est surtout rendue possible par le développement et l’utilisation de nouvelles technologies.

Faits et chiffres sur le statut actuel de la numérisation dans l’éducation

Qu’en est-il réellement de l’état de la numérisation dans les écoles ? Malheureusement, en Allemagne, les écoles sont à peine numériques et sont loin d’être à la traîne par rapport au reste du monde. Seulement quatre pour cent des élèves en Allemagne utilisent quotidiennement des médias numériques en classe. Le reste de l’enseignement se fait encore par analogie. Un quart seulement des écoles ont également une connexion Wi-Fi stable et environ 17 pour cent des écoles utilisent une plateforme d’apprentissage pour les échanges entre enseignants et élèves. Des études portant sur les compétences numériques des élèves placent des enfants et des jeunes allemands et autrichiens dans le milieu du peloton. Au moins. Mais ces compétences semblent plutôt acquises à l’extérieur de l’école, avec les chiffres précédents à l’esprit. La situation est tout aussi médiocre pour l’étude PISA. Même dans les compétences élémentaires comme la lecture et l’écriture, les élèves ont du retard à rattraper. Alors, comment combler ces lacunes ? Avec le système éducatif actuel, cela ne fonctionne manifestement pas de manière optimale. Une alternative pourrait être l’exploitation des acquis de la transformation numérique. Un regard sur les pays voisins offre une perspective totalement nouvelle sur l’utilisation de nouveaux médias: en Europe, le Danemark est l’un des modèles de numérisation dans les écoles. Ici, les élèves ont leurs propres ordinateurs portables où ils travaillent, font des recherches, prennent des notes et exercent des tâches ménagères. Les niveaux d’éducation au Danemark sont également très élevés et il semble que la numérisation ait un impact positif sur l’éducation des élèves.

Pourquoi numériser le secteur de l’éducation ?

Malgré toutes les critiques à l’encontre de la numérisation,il y a cependant plus de raisons de plaider en faveur des écoles numériques. Tout d’abord, à l’heure actuelle, les compétences techniques sont une condition importante pour réussir plus tard dans la vie professionnelle. L’école devrait donc les transmettre et ne pas laisser au hasard ou aux parents le soin de promouvoir le savoir-faire technique. Ainsi, tous les élèves ont les mêmes conditions et les mêmes chances sur le futur marché du travail.

L’intégration des médias numériques dans les écoles permet non seulement de consommer passivement la technologie, mais aussi d’être un outil d’aide pour résoudre les problèmes. Il s’agit d’une attitude de base importante qui est enseignée aux élèves et d’un changement de mentalité nécessaire pour progresser en tant que société à l’ère de la numérisation.

Mais de nouvelles matières peuvent également voir le jour dans le cadre de la transformation numérique et devraient être enseignées à l’école en conséquence. De nombreuses écoles ont déjà ces matières dans le programme et ont de grands succès. La programmation, la construction d’éléments informatiques, l’impression 3D ou la pensée computationnelle, c’est-à-dire l’application pratique d’algorithmes et de programmes, ne sont que quelques exemples.

En ce qui concerne le marché du travail auquel les élèves seront confrontés, ils doivent également être préparés à de nouvelles activités. Les tâches de routine disparaissent de plus en plus et sont prises en charge par les robots et les programmes d’automatisation. Il n’est donc plus nécessaire de former les compétences nécessaires à l’exécution de ces activités récurrentes. Il est beaucoup plus important de se concentrer sur la pensée critique, la communication, la créativité et la coopération. Il s’agira d’activités qui ne peuvent pas être prises en charge par des machines, mais qui sont de nouveau sollicitées en raison de la suppression des tâches de routine. Malgré l’utilisation de nouvelles technologies et d’innombrables machines, l’accent est à nouveau mis sur les aspects interpersonnels. Ces compétences devraient donc être encouragées auprès des élèves, et ce plus que ce n’était le cas jusqu’à présent. La numérisation dans les écoles peut le faire.

L’enseignement frontal n’a pas non plus montré les résultats escomptés jusqu’à présent, mais il est toujours pratiqué pour le manque d’alternatives. Les outils numériques permettent moins d’enseignement frontal. L’apprentissage intégral est une priorité et permet également aux enseignants de faciliter et d’avoir plus d’expériences réussies.

Les avantages de la numérisation dans l’éducation

La numérisation dans l’éducation présente de nombreux avantages. Nous voulons en parler plus en détail. En particulier, les méthodes numériques améliorent considérablement la vision du matériel pédagogique. Par exemple, la proximité d’une visite de la ville dans l’ancienne Athènes avec des lunettes de réalité virtuelle est bien meilleure que de regarder l’Athènes antique sur un seul dessin. Les élèves peuvent être beaucoup mieux enthousiasmés pour le matériel pédagogique et la motivation d’apprendre augmente.

En outre, la numérisation présente un avantage très particulier pour les enseignants. En ce qui concerne les questions difficiles des élèves, ils devaient souvent être consolés à l’heure suivante et la question ou l’intérêt ont jusque-là disparu. Une simple recherche sur Internet permet maintenant d’avoir des réponses directes, même à des questions complexes des élèves, de manière claire et en quelques secondes, peut-être même avec une image ou une vidéo.

La gestion d’une école sera également beaucoup plus facile. Les livres de classe, la répartition des heures entre les enseignants, les agendas, les notes et l’absentéisme sont simplement tenus en ligne et peuvent être consultés à tout moment et de n’importe où. Les enseignants peuvent tous accéder au même système administratif. Cela permet de gagner du temps, de créer une meilleure vue d’ensemble et de ne plus perdre d’informations importantes.

Cela permet également d’économiser beaucoup de papier et beaucoup d’espace. Les documents ne doivent plus être conservés dans des archives entières, mais peuvent être déposés en ligne. C’est aussi ce qui les rend plus faciles à retrouver.

Un autre avantage est la possibilité de créer et d’utiliser une offre individuelle de soutien. Des plateformes de soutien en ligne, des cours de langue en ligne avec des locuteurs natifs, des jeux vidéo pour la transmission des connaissances ou divers cours en ligne en fonction de l’intérêt des élèves permettent de le faire. C’est pratique tant pour les parents que pour les enseignants, car l’offre numérique est souvent moins chère et pourtant de meilleure qualité que, par exemple, les cours de rattrapage classiques. Il est également disponible 24 heures sur 24. Chaque élève peut ainsi bénéficier d’un soutien individuel, indépendamment des conditions-cadres et des conditions de vie.

En outre, l’apprentissage à sa propre vitesse et la répétition du matériel scolaire sont possibles en fonction des besoins, par exemple en utilisant des tablettes. Dans l’enseignement des langues étrangères, par exemple, les enfants peuvent choisir parmi des sujets différents et travailler sur les tâches en fonction de leur domaine d’intérêt. Ainsi, les élèves moins enthousiastes de la langue peuvent être motivés pour la langue étrangère respective.

Les machines permettent également d’évaluer objectivement les progrès de l’apprentissage. Les gens sont inconsciemment biaisés et ne peuvent jamais juger objectivement à 100%. Les machines analysent les sources d’erreur, les progrès de l’apprentissage et les défis typiques auxquels un élève est confronté, avec précision et sans évaluation.

Enfin, la gratuité de l’éducation peut conduire à la démocratisation de l’éducation. De nombreuses études sont désormais possibles en tant qu’enseignement à distance et ne demandent pas de frais de scolarité, même les cours en ligne sur tous les sujets imaginables ne coûtent souvent rien ou très peu. L’accès est également possible de n’importe où, y compris dans les zones rurales, qui ne sont normalement dispensées que d’une offre standard d’éducation.

Quelles sont les nouvelles applications offertes par la numérisation dans l’éducation ?

Comme pour les avantages, il existe ici une multitude de nouvelles applications. Un premier pas populaire vers la numérisation est le tableau numérique. Elle est connectée à Internet et à d’autres appareils et interactive.

Les smartphones sont également de plus en plus ciblés. Dans l’enseignement de l’art, par exemple, on peut photographier et partager et discuter sur des plateformes, et les discours et les lectures des auteurs et des politiciens eux-mêmes peuvent être écoutés et analysés, au lieu de les lire dans un seul livre.

Les programmes de simulation, par exemple, vont plus loin pour calculer et prédire l’impact d’une action donnée. Les animaux empaillés ou les modèles d’os pour l’enseignement des sciences naturelles sont remplacés par des animations vidéo ou même la réalité augmentée, ce qui rend le matériel encore plus visuel et interactif.

De nombreux musées proposent désormais des visites virtuelles et les élèves peuvent ainsi, en collaboration avec les enseignants, découvrir des musées célèbres en numérique.

La gamification est un autre domaine d’application. Ici, tout tourne autour de l’apprentissage du jeu. Des applications, des quiz ou de petites compétitions en ligne peuvent donner un tout nouveau point de vue et éveiller le plaisir du sujet.

Comme cela a été dit brièvement, la réalité virtuelle a également de nombreuses possibilités d’utilisation en classe. Voyager dans l’espace pour en apprendre davantage sur les planètes, parcourir la jungle à la recherche d’animaux exotiques ou vivre la Révolution française «sur le terrain» sont des opportunités passionnantes pour les élèves de s’occuper du sujet.

Enfin, les algorithmes permettent d’analyser les types d’apprentissage des élèves. L’élève est-il plus susceptible d’apprendre visuellement ou auditif ? L’élève a-t-il toujours des difficultés avec le même type de problèmes ? Est-ce qu’il est mieux d’apprendre seul ou en groupe ? Sur la base de cette analyse, des programmes d’apprentissage individuels pourraient être mis en place pour chaque élève. Même les talents pourraient ainsi être détectés et encouragés de manière ciblée. Des recommandations appropriées peuvent également être formulées en ce qui concerne le choix ultérieur d’une profession ou du choix du programme d’études.

Les enseignants et le personnel sont-ils remplacés par des machines par la numérisation de l’éducation ?

Il est clair que l’administration et les activités de routine nécessiteront moins de personnel à l’avenir. Cependant, la plupart du temps, les enseignants ont pris en charge ces activités au passage et bénéficient ainsi d’une exemption de tâches qu’ils ne veulent probablement pas nécessairement accomplir de toute façon. Vous pouvez à nouveau vous concentrer davantage sur l’essentiel, le contact humain. Dans les situations problématiques, ils ont à nouveau plus de temps pour aider les élèves et proposer des possibilités individuelles d’aide aux élèves. En outre, l’appropriation autonome des connaissances et de la motivation peut être dispensée presque exclusivement par de «vrais» enseignants. De même, la réflexion critique du contenu (numérique) peut se produire beaucoup mieux dans la confrontation personnelle avec les enseignants, c’est pourquoi ceux-ci ne deviennent pas caducs.

La numérisation crée également de nouveaux profils d’emploi. La demande de tuteurs en ligne, de développeurs d’applications éducatives numériques, etc., est susceptible d’augmenter plutôt que de diminuer.

Les défis de la numérisation de l’éducation

Il va de soi que le secteur de l’éducation doit également faire face à certains défis. Tout d’abord, la question de la numérisation soulève de nombreuses questions financières. Par exemple, l’établissement d’enseignement fournit-il tous les appareils ou chacun apporte-t-il son propre appareil ? Ce dernier point accroîtrait les inégalités et réduirait les chances des enfants issus de familles à faibles revenus. Il n’y a pas encore de solution idéale.

La capacité de concentration diminue également en raison de la numérisation et de nombreux élèves éprouvent déjà des difficultés à lire des textes plus longs. Il faut y remédier, malgré l’utilisation des nouvelles technologies.

Les contenus sont également mieux remarqués si vous faites activement quelque chose avec eux, c’est-à-dire si vous les réédagez du tableau, par exemple. Ici aussi, des solutions créatives doivent encore être trouvées, ce qui est certainement possible grâce à la nouvelle vision, à la tension et à la proximité de la vie.

Le risque de tricherie est également souvent mentionné comme un risque, mais les logiciels de plagiat ou les contrôles numériques minimisent déjà cela. Un autre défi est la distraction constante des médias sociaux, WhatsApp et Co. En revanche, les mesures seraient des filtres internet, des pénalités classiques ou des programmes qui retracent l’activité sur l’internet. D’autre part, les élèves doivent de toute façon apprendre à utiliser leurs appareils de manière responsable. Plus tôt ils apprendra à être responsables, mieux c’est.

La numérisation dans l’éducation est incontournable

Comme la numérisation touche déjà toute notre vie, les écoles ne doivent pas non plus s’en effrayer. Au contraire, la progéniture doit être préparée aux défis d’un monde numérique. Une utilisation judicieuse des technologies numériques et non une présence permanente de cette technologie, voire de leur dépendance, est l’alpha et l’oméga. Mais ici aussi, les adultes doivent se prendre par le nez et peuvent peut-être même apprendre avec le temps des jeunes générations.