La transformation numérique transforme les domaines des entreprises par l’Internet des objets, la blockchain, l’AI, les Wearables … La recherche et le développement ne sont pas exceptionnels

L’innovation est également le principal moteur de la croissance économique mondiale dans le secteur de la numérisation. Il n’est pas étonnant que les entreprises consacrent beaucoup d’énergie à soutenir, développer et utiliser cela. L’externalisation de ces efforts vers un domaine propre à la recherche et au développement est donc une étape logique.

Comme aucun autre département, la R&D représente la compréhension, l’évaluation et l’utilité des nouvelles technologies. Il est donc tout à fait compréhensible que la transformation numérique alimente ces efforts et en augmente l’importance: la recherche et le développement sans focaliser sur le numérique semblent aujourd’hui absurdes.

Mais à quoi peut ressembler, concrètement, la numérisationpour les domaines de la recherche et du développement dans différents secteurs ? Voici un aperçu

Effets généraux

La numérisation a un impact dramatique sur la capacité d’innovation des différentes entreprises et toutes ne sont pas positives. Si l’on considère par exemple les groupes mondiaux avec plus de 2 milliards de chiffre d’affaires, des études récentes permettent de faire les déclarations suivantes :

  • Au cours des 17 prochaines années, il y a 50% de chance que ces entreprises ne fassent même plus partie du Fortune 1000.
  • Ils investissent de moins en moins dans la recherche fondamentale en supposant que les universités et les institutions publiques assumeraient cette tâche.
  • L’efficacité de leurs unités de recherche et de développement interne ne cesse de diminuer
  • Leurs affaires se développent incrémentalement, mais les augmentations plus importantes sont soit impossibles, soit seulement par de grands sacrifices.
  • Les concurrents poussent littéralement du terrain et attaquent le modèle d’entreprise avec de nouvelles idées et systèmes, autrefois impensables.

Cette sombre perspective s’explique par le fait que l’innovation et l’innovation des modèles d’entreprise sont en général trop peu focalisées, mais qu’elles ne suivent pas non plus les signes des temps: le R&D doit être profondément enraciné dans les connaissances de la transformation numérique pour continuer à donner une valeur durable.

L’intégration rapide et sans préjugés de nouvelles technologies et de nouveaux modèles – sans parler des changements socioculturels importants – est une condition préalable à la réussite durable de l’entreprise. Toutefois, en renonçant à la recherche dans l’espoir de pouvoir externaliser cette tâche dans les universités, de nombreuses entreprises obtiennent exactement le contraire, puisqu’elles laissent l’exploitation de nouvelles connaissances à des start-ups audacieuses.

Les grandes entreprises n’ont donc généralement que deux options:

  1. Ces start-ups recherchent, collaborent avec elles ou les créent elles-mêmes, ou
  2. Racheter des nouveaux arrivants déjà mûrs ou rechercher la coopération

En tout état de cause, la valeur est produite en dehors de l’entreprise, puis internalisée de manière assez fastidieux. La tactique la plus efficace est de produire et d’utiliser cette innovation elle-même.

Il y a maintenant des différences marquées entre les leaders et ceux qui ne mettent pas l’accent sur la recherche et le développement sur le numérique: alors que l’efficacité des efforts de R&D ne cesse de diminuer en général, elle augmente considérablement chez les leaders 10% des entreprises. En particulier, ce sont les idées apparemment simples qui produisent les plus grands effets – mais qui sont aussi les plus difficiles à gérer et à commercialiser.

On peut donc en conclure que l’importance de la recherche est toujours élevée, voire qu’elle s’est encore accrue à cause de la transformation numérique. La recherche et le développement sont considérés par de nombreux experts comme le moteur de la numérisation, qui semble à son tour être le seul moyen perceptible d’aboutir durablement. L’abandon de l’un de ces deux concepts a des conséquences désastreuses.

Pour permettre une transformation fondamentale, il est nécessaire de comprendre les effets directs et indirects de la recherche. L’utilisation de la technologie, des plateformes et de la base d’utilisateurs est nécessaire pour exploiter ce potentiel. Trois concepts qui se retrouvent dans de nombreux aspects de la numérisation. Ainsi, les entreprises peuvent reprendre les idées des utilisateurs, créer une plate-forme pour ces produits et ensuite l’optimiser, par exemple grâce à l’utilisation de l’intelligence artificielle.

Il s’est avéré qu’il est particulièrement important d’éviter les restrictions mentales ou techniques. Celui qui refuse un nouveau business model parce qu’il ne correspond pas à l’identité de l’entreprise ou parce que le savoir-faire technologique nécessaire n’est pas encore disponible, n’a clairement pas compris les signes des temps en matière de recherche et de développement. Cette philosophie apparemment radicale est la seule approche pour garantir à long terme une position de leader sur le marché.

Comment la numérisation affecte la R&D

Le pouvoir appartient au client

Le client final a depuis longtemps pris le contrôle de la politique des produits et des marchés. Grâce au smartphone, ordinateur portable et compagnie, des informations sur un service ou un produit sont disponibles partout et à tout moment. Les affirmations corsées, mises au monde par le département marketing, font l’objet d’un « Fact Check » immédiat. Les offres de la concurrence sont examinées pour trouver des alternatives plus avantageuses et l’image même d’une entreprise est examinée avant qu’une décision d’achat ne soit prise.

Parmi les exemples extrêmes figurent par exemple les prestations financières et les prestations d’assurance. Ici, les clients, pour la plupart masculins, analysent chaque détail de contrat dans des heures de recherche, discutent dans les forums pertinents et les comparent avec les concurrents. Il en résulte une forte pression sur les performances, une baisse des marges et un succès gigantesque pour les jeunes start-ups qui, grâce à des offres transparentes et à des politiques ouvertes, ont gagné d’énormes parts de marché en très peu de temps, alors que le secteur bancaire et d’assurance classique est en déclin en de nombreux endroits. Les investissements ETF ou les crédits P2P en sont un exemple parfait.

Cette évolution, encouragée par la numérisation, pose problème aux entreprises et pose de grands défis (à côté du marketing)en particulier dans le domaine de la recherche et du développement. Étant donné que la position historique sur le marché et la réputation n’ont plus guère de portée à long terme et ne peuvent plus masquer le fait que son propre produit est à la traîne par rapport à la concurrence, les nouveaux développements et les développements doivent être plus rapides et plus directs.

Ces cycles de développement plus courts – et c’est la bonne nouvelle – peuvent être réalisés avec exactement les moyens qui les ont rendus nécessaires : la surpuissance du client et l’utilisation des données omniprésentes sont la clé du succès. À des intervalles de plus en plus étroits, idéalement même en temps réel, les opinions et les souhaits des clients sont interrogés. Avec les informations disponibles grâce à l’utilisation complète du Big Data, une image détaillée de la base de clients est créée et ses intérêts et besoins sont rapidement satisfaits par ses propres produits.

Cette communication directe et une mise en œuvre rapide exigent des services de R&D eux-mêmes l’utilisation étendue de la technologie et des concepts de travail modernes. Sans l’aide de l’intelligence artificielle, du fonctionnement agile, de l’informatique en nuage et d’autres solutions, il devient de plus en plus impossible de suivre ce rythme. Les départements de recherche sont de plus en plus à l’avant-garde de la numérisation, pour une fin en soi.

Nouveaux produits – nouvelles compétences

Les produits qui réussissent dans notre présent numérisé sont différents, à bien des égards, de ceux qui dominaient le marché il y a encore quelques années. Les technologies numériques, le développement de logiciels, la programmation de l’intelligence artificielle et d’autres disciplines déterminent aujourd’hui le marché du travail, car ils sont devenus indispensables aux offres de nombreuses entreprises.

L’industrie automobile en est un excellent exemple: alors qu’elle a traditionnellement misé sur l’ingénierie et le développement de nouveaux matériaux, la revendication a presque complètement changé au cours des dernières années. Avec l’électrification croissante et la numérisation ultérieure des véhicules, de nouvelles compétences sont devenues nécessaires. Les voitures connectées modernes évoluent principalement dans le domaine des logiciels, de la puissance de calcul et des capteurs numériques et à peine dans le domaine de la mécanique.

Le rôle de l’ingénieur automobile a également changé et est de plus en plus complété, voire remplacé, par des logiciels et des experts de l’AI. Une en matière de numérisation La nation de l’ingénierie classique, en grande partie distancée, comme l’Allemagne, qui investit beaucoup moins dans l’innovation en comparaison internationale, mais aussi souvent dans les mauvais domaines, ressent cet effet : les constructeurs automobiles allemands, autrefois dominants dans le monde entier, ont disparu dans l’insignifiance internationale, leurs produits ne répondant pas aux exigences modifiées des clients, tandis que ceux de la concurrence l’ont fait.

Il s’agit d’un exemple de manque de communication avec les clients (voir 1.) et de modifications des exigences professionnelles. Le département de recherche et développement d’un constructeur automobile, qui continue à miser principalement sur l’innovation mécanique au lieu d’investir davantage dans les domaines de la compétence numérique et du savoir-faire en matière d’IA et de consulter les avis et les souhaits des clients chaque fois que c’est possible, n’est plus à la hauteur des exigences actuelles. On peut trouver des exemples similaires pour d’autres secteurs.

Des modèles économiques et des services flexibles plutôt que des produits

Dans le passé, des produits ont été développés dans le domaine de la recherche et du développement, commercialisés par les entreprises. Toutefois, grâce à la numérisation en cours, elle propose des services qui englobent le produit réel plus X. Cela affecte la R&D de différentes manières dramatiques.

Pour en rester à l’exemple des constructeurs automobiles, le modèle économique ici n’est pas la vente de voitures; En effet, les déplacements confortables et flexibles sont vendus sans qu’il soit nécessaire de s’approcher d’autres personnes (transports en commun). Toutefois, ce concept ne nécessite pas l’acquisition d’un tel projet. Les services de partage de ride l’ont prouvé en offrant à leurs clients le cœur du produit « voiture » comme service: louez un véhicule quand, où et pour combien de temps vous en avez besoin. Le coût d’acquisition élevé, la recherche d’un espace de stationnement sûr, l’entretien et d’autres effets secondaires fastidieux sont supprimés.

Seul le besoin sous-jacent du client de se déplacer facilement est satisfait. Ce faisant, ces services démontrent une meilleure connaissance du marché et de son potentiel que les constructeurs automobiles classiques ne peuvent le prétendre. Il n’est donc pas surprenant que ces offres soient couronnées de succès.

Un ancien produit est devenu un service – un parfait exemple des changements qui ont lieu dans les départements de recherche et de développement : en utilisant l’interconnectivité numérique (en l’occurrence: GPS, Ride-Sharing App, Ride-Sharing, méthodes de paiement électronique), connaissance des clients et de leurs besoins, ainsi que l’utilisation des technologies les plus avancées (l’intelligence artificielle calcule le prix du trajet et les disponibilités en temps réel).

Les processus mettent l’accent sur le client

Non, ce n’est pas l’endroit pour le vieux ” Le client est au centre de nos préoccupations – et donc toujours sur le chemin » blague. En effet, le client final se trouve dans une position nettement plus forte que par le passé, grâce à l’accès déjà mentionné à des informations permettant une comparaison concurrentielle ou un examen des rapports d’expérience.

Il n’est donc pas surprenant que, dans une étude d’Accenture, 83% des dirigeants interrogés ont déclaré que la numérisation transforme de plus en plus une forme de marché autrefois donnée à l’offre en une forme orientée vers la demande. Dans ce contexte, on parle sans cesse d’empowered customer. C’est une bonne chose, car le client tient de plus en plus les ficelles.

Les fabricants de produits et les fournisseurs d’autres services doivent être davantage liés au client et à ses souhaits, et le meilleur moyen d’y parvenir est d’en tenir compte dans les processus de travail. Des enquêtes à la clientèle régulières, ou mieux encore, font partie du minimum absolu des services de recherche modernes.

Le fournisseur de partage de ride a certes conquis avec succès une partie du marché des transports ; Toutefois, il ne peut le conserver que s’il répond constamment aux souhaits des clients. En effet, rien n’empêche un utilisateur d’examiner les offres de la concurrence après le voyage terminé et d’essayer ensuite un autre prestataire de services. Si le service est meilleur, le client ne reviendra pas. L’époque de la fidélité à la marque est révolue.

Conclusion

La politique de produits numériques commence et se termine avec le client et ses souhaits. Cela doit se refléter dans les processus et l’identité d’un département de recherche et de développement si l’on veut produire un succès durable.

Si cette compréhension du client est complétée par l’utilisation de la technologie moderne et n’est pas rechignée à des changements dans son propre modèle d’entreprise, le secteur de la R&D peut devenir le moteur numérique d’une entreprise et s’appuyer sur des succès passés.

Alors que la pression de la numérisation est élevée dans d’autres départements, on peut dire sans exagération qu’il décide de la raison d’être dans le domaine de la recherche. Ceux qui ne suivent pas les courants de la transformation numérique sont rapidement superflus et les effets sur l’ensemble de l’entreprise sont désastreux. La recherche et le développement peuvent donc, dans la plupart des cas, être considérés comme le département qui a le plus besoin de concepts de numérisation.